Pourquoi ce blog?

Jamais l’emprise du politiquement correct sur l’Information n’a été aussi forte. Naguère subtil, il est aujourd’hui omniprésent et ne s’embarrasse même plus de sauver les apparences. Il s’affiche comme un véritable terrorisme intellectuel : non seulement il monopolise la pensée sociale et politique, son expression, mais il se permet de sanctionner, éventuellement judiciairement, tous écarts et ceux qui les commettent. Les petits soldats de la Pensée Unique, journalistes, animateurs tv ou radio, se pressent au p ortillon de l’accès aux tribunes médiatiques et c’est à celui qui affichera avec le plus de zèle sa soumission au dogme.
Ce blog a pour très modeste ambition de pointer du doigt ces attentats terroristes de la Pensée et dénoncer les personnes publiques qui les commettent, consciemment ou inconsciemment.
Si vous cherchez à lire l’actualité sous un autre angle que celui que vous imposent la tv, les magazines, la radio, la presse ou le quidam-perroquet de la rue, lui-même matraqué par ces médias, ce blog est pour vous… et attend vos témoignages !
Si les propos de ce blog vous choquent, vous pourrez ainsi mesurer à quel point vous avez été formaté par la Pensée Unique… et apprécier le degré d’urgence que vous avez à vous dépolluer l’esprit.

samedi 12 août 2017

La France deviendrait-elle complètement conne?




La France est-elle en train de devenir complètement conne ? La question se pose. Pas depuis aujourd'hui, certes, mais de façon de plus en plus aigüe chaque jour qui passe.

Prenez l'affaire des Sentinelles militaires écrasées par, une fois de plus, un arabe, une fois de plus, connu des services de police, une fois de plus, en situation irrégulière, une fois de plus, un « brave garçon, gentil tout plein » selon son entourage proche. Bref, prenez cette affaire de routine.
Quel est le débat soulevé par cette affaire ?
Serait-ce de se demander s'il ne devient pas urgent d'expulser un sans-papier étranger, a fortiori lorsqu'il s'est déjà rendu coupable d'un délit ? Non.
Serait-ce de se demander s'il est raisonnable de laisser se pratiquer une prétendue religion qui prêche la violence à tout crin ? Non.
Serait-ce de se demander s'il ne faut pas fermer, par principe de précaution, et pour l'exemple, la mosquée où le terroriste a l'habitude de se rendre ? Non.
Non, le débat est de se demander s'il faut continuer à faire patrouiller des militaires, qui seraient devenus des « paratonnerres » attirant la foudre d'actes terroristes ! Autrement dit, supprimons les rondes de ceux qui sont censés protéger la population, parce que c'est précisément sur ces agents que s'exerce désormais la violence des muzz « radicalisés » !

A ce compte-là, retirons les soldats de nos armées, parce que, voyez-vous, on a remarqué que c'était justement ces soldats qui sont pris pour cible par les armées ennemies.
Et si ce sont les femmes qui sont attaquées par les muzz, exigeons que les femmes restent chez elles avec interdiction de sortir dans la rue.
Une salle de spectacle est attaquée par des terroristes ? Fermons les salles de spectacle.
Une terrasse de café ? Interdisons les terrasses de café!

Ce pays est bien devenu dingue !

Une autre preuve. Papy Collomb, sinistre de l'Intérieur de son état, vient de décider en catimini pendant les vacances des Français, de porter à 2500 euros la prime de retour au pays de clandestins qui envisageraient ce retour. 2500 euros, soit plus de 2 smics mensuels nets pour qu'un clandestin qui a ouvertement bafoué les lois de notre pays, daigne retourner chez lui ! Elle n'est pas belle, la vie ?

Imaginez que vous rouliez sans permis de conduire. Vous vous faites arrêter par la gendarmerie. L'Etat vous verse une allocation de 2500 euros pour que vous ne preniez plus le volant sans permis... Formidable, non ?

Passons sur la naïveté de nos dirigeants qui n'envisagent pas une seconde l'incroyable appel d'air que cette mesure va provoquer chez tous les traîne-savates d'Afrique qui se tâtent encore pour franchir le pas. En l'occurence, la Méditerranée. Passons aussi sur la probabilité que nombre de clandestins feront des allers et retours, avec à chaque fois un nom et des papiers différents, l'Etat-civil dans ces pays exotiques étant pour le moins, assez approximatif.
Mais où voit-on que transgresser la loi peut générer une allocation ? En France. C'est pas grave, c'est pas cher, c'est l'Etat qui paye.

Et puis, « on » a fait beaucoup d'efforts pour faire croire au brave Français que ces pauvres hères fuyaient des pays en guerre, la persécution, la torture, la famine, le chancre, le choléra et que sais-je encore. Et aujourd'hui, on propose de l'argent pour qu'ils retournent dans leur pays en guerre, retrouver la persécution, la torture, la famine, la maladie et toutes ces calamités ?
De deux choses, l'une.
Ou « on » nous aurait menti.
Ou « on » est de fieffés cyniques, dans les sphères dirigeantes.
Choisissez.

Certains comprennent bien que le pays est devenu fou. Prenez Dany Boon. Il dit sur les plateaux télé toute l'aversion qu'il a pour Donald Trump. Mieux : il appelle ouvertement à voter Macron parce qu'il prône la tolérance, l'accueil des clandestins « migrants » et patin couffin. Mais quand il s'agit de choisir un pays pour « le bien-être » de ses enfants et leur épanouissement, que fait-il ? Il décide de quitter le pays de Macreux-l'Oreillette et de s'établir au pays de Trump.
De bonnes âmes compatissantes avanceront que la tranquillité de ses enfants passe par leur anonymat. Mais pourquoi, dans ce cas, ne va-t-il pas s'établir dans un pays d'Europe où le nom de Boon ne créera pas d'émeutes dans les foules. En Hongrie par exemple, Saucisson-Pinard doute qu'on se retourne dans les rues sur le chantre des Ch'tis...
Donc quand il s'agit de jouer sur la corde du sentimentalisme provincial du Français moyen, et d'en retirer de substantiels revenus, la France a du bon. Mais quand on compte limiter sa générosité à l'égard du fisc et qu'on veille sur l'avenir de ses enfants, la vilaine Amérique de l'abominable Trump se trouve tout d'un coup parée de bien des vertus...

Saucisson-Pinard ne résiste pas à l'envie de citer une fois de plus notre inénarrable BFMacron et ses délires journalistiques. On a, régulièrement sur cette chaîne d'info en continu, des voitures folles, ou des camions fous quand il s'agit d'informer sur une attaque islamique. On a maintenant un bateau « d'extrême-droite ».
Un bateau d'extrême-droite, c'est un bateau financé exclusivement sur des fonds privés qui tente de s'opposer à la flotte d'ONG subventionnées rôdant sur les côtes libyennes pour prendre le plus tôt possible le relais des passeurs de clandestins et ramener ces derniers en Europe. Le C-Star, c'est son nom, s'oppose donc à une invasion étrangère soutenue par des organisations collabos comme, entre autres, Médecins sans Frontières. Au passage, la prochaine fois que vous serez sollicité pour cracher au bassinet de cette ONG, vous vous souviendrez qu'elle se donne pour mission de faire du trafic d'êtres humains, à vos dépens. En d'autres temps, en 39/45 par exemple, on aurait qualifié l'entreprise du bateau C-Star d'acte de résistance. Avec le site d'information en continu BFMacron, c'est de l'extrême-droitisme...

BFMacron a décidément le sens de la formule. Vous avez un pays, à savoir la Corée du Nord, qui lance des missiles en direction de ses voisins, et vous avez le président d'un des pays visés, à savoir Trump, qui, c'est bien le moins qu'il puisse faire, menace de répliquer. Et que titre BFMacron ? « Trump inquiète la communauté internationale ».
Mais quelle bande de tarés peut bien diriger ce service de désinformation ?

Question qui rejoint celle en introduction de ce billet. La France est-elle devenue complètement conne ?

Une série d'études récentes annonce que le QI a globalement baissé de façon significative dans les pays occidentaux. En France notamment, de 1999 à 2009, le QI aurait baissé de près de 4 points. Bien entendu, on cherche des facteurs qui ne fâcheront personne, pour expliquer cette baisse.
On avance timidement que la conduite automobile nuirait aux facultés intellectuelles.
On évoque aussi que trop regarder la télévision pourrait aussi être une explication valable. Saucisson-Pinard en conviendrait volontiers en pensant aux émissions de Hanouna, à celle de Ruquier, aux « Anges de la Réalité », aux « Marseillais » de W9, à « La Famille à remonter le temps » de M6 et à combien d'autres inepties télévisuelles qui prennent des téléspectateurs crétins à la base pour en faire des demeurés irrécupérables.
Et ce n'est certes pas regarder BFMacron en boucle qui pourrait mettre un frein à cette baisse de QI.

Mais occulter que cette baisse du QI dans les pays occidentaux coïncide avec la formation de ce melting-pot imposé par une impressionnante immigration arabo-africaine, c'est faire un peu vite une impasse dans le raisonnement scientifique. C'est un peu comme si on s'étonnait qu'en versant de façon continue de l'eau froide dans de l'eau chaude, on obtienne de l'eau tiède. « Pourquoi la température de l'eau du flacon baisse-t-elle ? » se demandent nos chercheurs. « La forme du flacon y serait-elle pour quelque chose ? » « A moins que l'alignement des planètes peut-être... »

Il se pourrait bien, tout bien considéré, que même les chercheurs deviennent cons.


PS: Si vous n'êtes pas encore convaincu de la dérive cérébrale du pays, savez-vous qui Macreux l'Oreillette a choisi pour représenter la France à l'OTAN? Il a choisi Anissa Kheder. Et qui est Anissa Kheder? C'est ça: https://www.youtube.com/watch?v=aO0RiXqocpo

jeudi 3 août 2017

Ferais-tu un bon journaliste (bien-pensant)?



Ne t'es-tu jamais demandé, lecteur, si tu ferais un bon journaliste de la presse académique, c'est-à-dire de la presse conventionnelle, bien-pensante, celle qui reste dans les clous du politiquement correct, à vrai dire, de 99% de la presse française ?

Pour le savoir, voici une petite mise en situation, très simple.

Tu apprends - ou plutôt l'Agence France Propagande (AFP) t'apprend- qu'un individu en a agressé un autre, au couteau, dans la rue, sans raison apparente. On a juste entendu l'agresseur crier « Allahou Akbar ! ».
Ton premier réflexe sera d'annoncer qu' « on ignore les motivations de l'agresseur ». Que veux-tu, Sherlock Holmes était détective, pas journaliste...
Si jamais tu as le nom de l'agresseur, tu ne donnes que les initiales, par exemple M.B. Ton lecteur ou auditeur sera ainsi peut-être enclin à imaginer qu'il s'agit d'un Maurice Bertin. Ou Martial Bouton. Peu importe. De toutes façons, tu ne vas pas t'étendre sur le fait que l'agresseur était quand même bien basané, et l'agressé aussi blanc qu'un Maurice Bertin. Ou qu'un Martial Bouton.

Si jamais il transpire malgré tout que l'agresseur s'appelle Mohammed Beldaoui, tu auras le réflexe immédiat de le qualifier de Français. C'est important de dire que c'est un Français. Même si ce « Français » né à Tataouine possède sa carte d'identité de Français depuis trois semaines parce que la Préfecture la lui a envoyée sans lui demander son avis. Il est donc « Français ». Jamais, tu imagines bien, un étranger ne se rendrait coupable d'une agression gratuite envers un Français.

D'ailleurs, si la victime, elle, était étrangère, ça te rendrait bien service. Vérifie donc que cette victime était bien française. Regarde si elle l'est bien depuis plusieurs générations, on ne sait jamais. Le bonheur évidemment, serait que la victime ne soit pas vraiment blanche. Tu imagines ? On aurait alors un Français agressant un homme de couleur ! Le rêve ! L'agression deviendrait du coup un odieux crime raciste perpétré par un Français ! Voilà qui changerait la donne !

Mais bon, ne rêvons pas, et revenons au cas le plus probable : l'agresseur est arabe d'origine et la victime est française.
Tu déclares alors que l'agresseur est un déséquilibré. Certes, tu n'as aucun diagnostic médical sous la main, provenant d'un asile psychiatrique, pour étayer ton allégation, mais ce n'est pas grave. L'agresseur est un fou en liberté, ça ne mange pas de pain de l'affirmer. Ton lecteur ou auditeur se dira ainsi : « bah s'il s'agit seulement d'un dingue, ce n'est pas trop grave. On le mettra à l'asile et tout rentrera dans l'ordre. En plus, les chances que je croise un dingue dans la rue sont quand même assez minces, je n'ai donc pas de quoi m'inquiéter ». Ce en quoi il a d'ailleurs tort, mais l'essentiel est qu'il le croit, n'est-ce-pas ?

Bien sûr, l'enquête officielle avançant, on apprendra que l'agresseur arabe était fiché S. Dans ce cas, surtout, SURTOUT, tu ne te demandes pas pourquoi ce fiché S, connu et reconnu des services de police et de renseignement, se balade librement, armé d'un couteau. Il n'est pas de ton ressort de répondre à cette question, donc le mieux est que tu ne la poses pas.
Car si toi, journaliste, tu te la poses, le lecteur/auditeur lambda pourrait se la poser à son tour. Et pire encore, il pourrait alors la poser lui-même directement à son politique référent. Tu imagines l'engrenage infernal ? Donc, tu ne poses pas la question.

Contente-toi de dire qu'il s'agit d'un loup solitaire. C'est bien, ça, les loups solitaires. Ça fait « individu tout seul, isolé, reclus, malheureux dans sa vie, voire même bouc-émissaire d'une société cruelle et égoïste qui l'a rejeté. » Du coup, l'agresseur n'est plus loin d'être lui-même une victime, la victime d'un système auquel ton lecteur participe. Donc, quelque part, il est quand même un peu le bourreau, ton lecteur/auditeur, et ce qui arrive est un peu de sa faute à lui.
Et puis surtout, le loup solitaire est par définition, rare. « Donc la probabilité que j'en croise un », se dit ton lecteur, « est faible ». Il n'y a aucune raison de s'alarmer outre mesure.

Bon. A ce moment-là, il est possible, voire même probable, éventuellement même certain, que l'enquête en arrive à la conclusion que le loup solitaire appartenait à une meute bien organisée. Alors c'est à toi de faire ici très attention, journaliste. Tu évites autant que possible de citer le nom de la meute. Cela doit même devenir un jeu, avec tes collègues journalistes : celui qui prononce le moins de fois le mot « islam » a gagné.
Mais fais attention, journaliste. Les politiques jouent aussi à ce jeu, et ils sont très forts. Prends Macreux par exemple. Il va à Saint-Etienne-du-Rouvray rendre hommage au père Hamel et faire des selfies – ou plutôt, dans l'ordre d'importance, faire des selfies et rendre hommage- sans jamais prononcer le mot « islam » ! Il est vraiment très fort, à ce jeu, non ? Tu auras donc affaire à des champions.

Bien sûr, tu auras droit, à la limite, au mot « djihadiste » comme mot joker, quand tu auras épuisé l'usage des mots « déséquilibrés », « terroristes », « barbares » ou « fanatiques ». Et tu éviteras bien évidemment de rappeler que le djihad est juste la recommandation faite, entre autres coraneries du même genre, dans le livre auquel se réfère la totalité des adeptes de cette religion d'amour de paix et de tolérance qu'est l'Islam. Tu éviteras ainsi de constater qu'un djihadiste n'est jamais qu'un musulman qui met en pratique ce qu'il lit dans le Coran, contrairement au musulman modéré qui ne le met pas (pas encore) ; Un musulman modéré étant donc un timide, un peureux ou un hypocrite qui lit tous les jours et entend à chaque sermon à la mosquée ce qu'il devrait faire, mais ne le fait pas (pas encore). De là à dire qu'un musulman non djihadiste est un mauvais musulman... ! Sans doute attend-t-il juste qu'on lui montre l'exemple, en jouant sur l'effet d'entraînement de foule, une sorte d'effet mouton de Panurge, pour agir à son tour. L'avenir (proche) le dira. Tu éviteras bien entendu d'aller sur ce terrain. Après tout, tu es journaliste, pas théologien.

Alors, lecteur, Saucisson-Pinard te résume :
Première étape : Tu ignores les motivations de l'agresseur.
Deuxième étape : Tu occultes son identité.
Troisième étape : Tu occultes son origine.
Quatrième étape : Tu évoques le loup solitaire.
Cinquième étape : Tu ne poses aucune question sur le fiché S en liberté.
Sixième étape : Tu évites autant que possible l'évocation du mot « Islam ».

Si tu as bien la maîtrise de tous ces réflexes, tu pourras alors prétendre à intégrer cette belle corporation qu'est le journalisme officiel.
Pour parodier Georges Brassens, mets toi dans le journalisme et tu auras les politiques même comme chalands.